Accueil / Littérature / Américaine / Charles Bukowsky
Erreur
  • Erreur lors du chargement des données de flux.

Articles relatifs

Korben

   

Charles Bukowski

En 1966, John Martin fonde les éditions Black Sparrow Press dans le but de publier Charles Bukowski et autres artistes d'avant-garde. Hank va pouvoir pour la première fois de sa vie se consacrer à l'écriture. Il quitte la poste. Paraissent toujours ses recueils de poésie.Il livre son premier roman, Le Postier en (1971), dans lequel il dépeint son quotidien d'employé des postes. Les 2 000 exemplaires s'écoulent très vite.En 1969 paraît son premier grand recueil de nouvelles et chroniques, sous le titre de Journal d'un vieux dégueulasse, courageusement publié par Lawrence Ferlinghetti, poète et éditeur Beat à San Francisco. Le recueil, tiré à 20 000 exemplaires, obtient un plus grand succès d'estime dans le milieu beat,

bukowski-by-origa

ce qui vaut à Bukowski d'être vite assimilé à ce mouvement, ce qu'il rejette de ses dires et de part ses actions. Bukowski n'a jamais connu les beats.
(il a tout au plus croisé Burroughs, beaucoup plus tard).

Bukowski Charles

Il rencontre à cette période Linda King, artiste à ses heures, mère de deux enfants. Leur histoire est aussitôt excessive, parfois violente, avec alternance de ruptures, d'éclats de voix, et de coups de poings . Le vrai tournant littéraire a lieu en 1976, avec la publication d'un recueil de nouvelles Les contes de la folie ordinaire, peu autobiographique, et peu représentatif de l'œuvre globale de l'auteur.
En 1976, il rencontre Linda Lee, lors d'une lecture dans un bouge de L.A.

25 ans plus jeune que lui, qu'il finit par l'épouser. Cette jeune hippie, toute emprise de philosophie tibétaine, tient un restaurant macrobiotique à Los Angeles. Ils ne se quitteront plus. Ressentant probablement un tournant dans sa vie sentimentale, Bukowski attaque la rédaction de Women publié en 1977, épais roman autobiographique, quasi-pornographique, où il écrit les chaos de sa vie avec les femmes.
Vers soixante ans Bukowski s'installe finalement avec Linda, à San Pedro, Californie. Passé de la bière au vin, il écrit plusieurs poèmes par jour. Il vit de ses droits d'auteurs et surtout de ses cachets de lectures publiques, mais ne renonce en rien à son train de vie . Le surplus d'argent est simplement redirigé vers les courses de chevaux. Sa célébrité internationale passe par l'Allemagne, et surtout la France — où trois de ses poèmes sont publiés par la revue de Lucien Suel, The Star Screwer dès 1971-, avant que Bukowski ne soit édité par Les Humanoïdes Associés en 1977 (Mémoires d'un vieux dégueulasse, traduit par Philippe Garnier), puis aux éditions du Sagittaire. Sa mémorable apparition dans l'émission de Bernard Pivot Apostrophes (1978) le fait accéder immédiatement au statut d'écrivain culte. bukowski-2003-04 Affiche Festival
En direct sur le plateau, Bukowski boit trois bouteilles de vin blanc au goulot puis, ivre, tient des propos incohérents, rejette brutalement la comparaison de son oeuvre avec celle d'Henry Miller tandis que François Cavanna - qui défendait pourtant l'oeuvre et le personnage sur le plateau - tente vivement de le faire taire (« Bukowski, ta gueule ! »), caresse le genou de Catherine Paysan puis, las de la discussion qu'il trouve trop guindée, finit par arracher son oreillette et quitter finalement le plateau -ce que personne n'avait fait auparavant - sans que Bernard Pivot, découragé, ne cherche à le retenir. Puis, hors caméra, il sort un couteau avec lequel il menace (« pour rire », selon lui) une personne chargée de la sécurité, ce qui lui vaut d'être maîtrisé et jeté hors des locaux d'Antenne2.
Charles Bukowski roule aussi en VolksWagen-Cox-

Son succès en Europe devient colossal : la presse relate l'événement, Marco Ferreri adapte Les contes de la folie ordinaire au cinéma et plus tard Barbet Schroeder adapte un script de Bukowski dans Barfly avec Mickey Rourke dans le rôle de Henry Chinaski, qui sort en 1988.

Bukowski roule en BMW mais aussi avec "la voiture du peuple" ci-contre pour aller aux courses, épouse Linda Lee en 1985, publie ses derniers romans et poèmes.

 

Il meurt le 9 mars 1994 à San Pedro (Californie), d'une leucémie. On peut lire sur sa tombe l'épitaphe « DON'T TRY » (n'essaie pas).

 





En 1969 paraît son premier grand recueil de nouvelles et chroniques, sous le titre de Journal d'un vieux dégueulasse, courageusement publié par Lawrence Ferlinghetti, poète et éditeur Beat à San Francisco. Le recueil, tiré à 20 000 exemplaires, obtient un plus grand succès d'estime dans le milieu beat, ce qui vaut à Bukowski d'être vite assimilé à ce mouvement, ce qu'il rejette de ses dires et de ses actions. Bukowski n'a jamais connu les beats (il a tout au plus croisé Burroughs, beaucoup plus tard).

Cette publication correspond aux premières lectures publiques de ses poèmes par Bukowski, le plus souvent dans des BDE de faculté, des petits cercles littéraires, des bars. Il s'enivre avant chaque montée sur scène, ivre mort, déblatérant autant d'insultes que de poésies.[réf. nécessaire]

En 1966, John Martin fonde les éditions Black Sparrow Press dans le but de publier Charles Bukowski et autres artistes d'avant-garde. Hank va pouvoir pour la première fois de sa vie se consacrer à l'écriture. Il quitte la poste. Paraissent toujours ses recueils de poèsie.

 
Bannière
 
Immortel3.jpg